Jeu video : seul ou à plusieurs?

Par Nicolas Pochet

 

Une des caractéristiques les plus élémentaires du jeu de société est, précisément, d’être de société, un objet social qui se joue à plusieurs[1]. On l’oppose généralement ainsi au jeu vidéo qui peut, lui, se jouer plus facilement seul. Mais est-ce véritablement toujours le cas ?

On le sait, le jeu de société est bien antérieur au jeu vidéo. Parmi toutes les raisons qui peuvent expliquer le développement du jeu sur écran, il n’est pas difficile d’imaginer que le support vidéo ait été conçu entre autres pour pouvoir permettre une expérience ludique en solitaire.

Cependant les premiers jeux étaient multijoueurs. Le jeu vidéo qui est généralement reconnu comme le plus ancien et le premier diffusé, le jeu de tennis en deux dimensions où chaque joueur contrôle une barrette et doit empêcher la balle carrée de passer de son côté, est un jeu multijoueur.  Ensuite, les jeux vidéo ont souvent été des adaptations de jeux de société, que l’on pense au morpion, aux échecs, etc. On pense aussi aux jeux de rôle textuels, qui sont un portage du concept de jeu de rôle vers l’ordinateur[2].

Mais très vite le jeu vidéo s’est engouffré dans l’expérimentation que permettaient un écran et une machine capable de calculer et de réagir bien plus vite qu’un humain.

Aujourd’hui l’industrie du jeu vidéo est une industrie gigantesque, qui brasse des sommes considérables, crée des événements mondiaux lors des sorties des plus attendus de ses titres, etc. et qui, en même temps, est dotée d’une communauté de créateurs indépendants, plus expérimentaux. Ce succès est-il dû au fait que le jeu vidéo ait l’avantage d’être jouable seul ?

 

Un jeu vidéo de plus en plus social

On l’a dit depuis longtemps le jeu vidéo a offert la possibilité de jouer ensemble, pour notre plus grand bonheur. Par exemple, dans Mario Kart, quand on peut lancer une carapace bleue sur le joueur qui nous précède et passer devant lui la ligne d’arrivée. S’il est évidemment possible de jouer seul à Mario Kart, le jeu prend un autre sens contre d’autres joueurs humains. Le plaisir de se confronter à un humain est différent de celui qu’il y a à se confronter à une machine, sans qu’il n’y ait là aucun jugement de valeur.

C’est dans cette direction que tend  à se développer l’industrie du jeu vidéo ; en atteste le fait que les consoles peuvent maintenant se connecter elles aussi à internet, afin de permettre l’accès à des serveurs pour pouvoir jouer à plusieurs. La plupart des titres vendus sur consoles offrent donc, en plus du modo solo et à plusieurs[3], la possibilité de se connecter au net pour pouvoir aller chercher d’autres joueurs. Il est par exemple possible de jouer maintenant à GTA V en ligne.

Cela peut même aller plus loin : par exemple dans le jeu Watchdogs, dont le thème tourne autour des hackers, lors d’une partie solo mais connecté au net, un autre joueur peut infiltrer la partie pour venir hacker le joueur principal. Le but du jeu change : le joueur principal doit retrouver son hacker et le hacker doit réussir à se cacher en se faisant passer pour un personnage non joueur par exemple.

De plus en plus de jeux qui sortent offrent donc des modes à la fois solo et/ou en ligne. Des jeux ont ainsi une durée de vie qui varie très fort selon que l’on joue seul ou à plusieurs. Ainsi dans Portal 2 la mission pour deux joueurs permet d’exploiter à fond la mécanique si particulière de ce jeu.

D’autres peuvent se jouer seul même si cela a moins de sens, d’intérêt (quoiqu’il faille relativiser ici : cela dépend des joueurs). Dans Counter Strike par exemple, même s’il est généralement possible de jouer seul, la plupart des joueurs y jouent contre d’autres personnes, que ce soit en réseau local ou en ligne. Se développent du coup des systèmes pour empêcher les joueurs de partir au milieu de la partie : ainsi, si un joueur se déconnecte (parce qu’il perd, par exemple), il est puni par le système de jeu qui l’empêchera de revenir jouer d’abord quelques heures, puis de plus en plus.

C’est internet qui permet ce développement nouveau dans l’univers des jeux vidéo. Ceci explique le développement que connaissent aujourd’hui les jeux multijoueurs en ligne type MMORPG[4] et MOBA[5]. Dans ce type de jeux les joueurs sont devant leur écran et jouent dans des univers très riches et fournis avec énormément de personnes à la fois. Dans League of Legend ou World of Warcraft pour ne citer que les plus connus, les joueurs ont l’assurance de toujours trouver quelqu’un avec ou contre qui jouer tant ces jeux sont joués dans le monde.

Au-delà de ça, le net ajoute une dimension de communauté même autour de jeux qui sont vraiment individuels. Car il existe des forums pour tous les jeux, et si l’on ne joue pas avec les autres, on progresse avec/grâce à eux, en allant voir les questions et réponses sur le net. Cela crée un sentiment de communauté, même s’il est vrai que l’on s’éloigne du jeu « ensemble ».

 

            Space Team, une innovation

Il s’agit d’un jeu indépendant, disponible gratuitement sur tablette et smartphone, qui a remporté de nombreux prix. C’est un jeu coopératif dans lequel les joueurs doivent communiquer verbalement pour diriger leur vaisseau spatial qu’ils commandent ensemble. L’auteur du jeu dit plutôt de se hurler dessus[6] mais parler marche très bien, tout dépend de votre style de jeu. Sa particularité tient au fait que chaque joueur en plus de son tableau de commande dispose des informations utiles à l’autre joueur. Il faut donc communiquer, ensemble et en même temps, pour arriver à remplir les objectifs. Décrit comme cela, on pourrait le confondre avec un jeu de société.

Il s’agit donc d’un jeu vidéo car il utilise le médium d’un support vidéo (tactile) mais qui ne peut se jouer qu’ensemble, dans la même pièce, car il est nécessaire d’utiliser un médium verbal pour pouvoir progresser dans le jeu. C’en est même le but. Il est impossible de jouer seul, ce jeu n’a de sens qu’en groupe. Il s’agit d’un des seuls jeux dans ce genre-là[7].

 

Adaptations de jeux existant

Les jeux vidéo ont très tôt servi à adapter des jeux de société déjà existant. Afin de permettre d’avoir toujours quelqu’un contre qui jouer, l’ordinateur lui-même le plus souvent. Mais au fur et à mesure la technique s’est perfectionnée, sont très vite apparues des possibilités de jeux en ligne ou à distance.

Ainsi, il existe de tas de sites qui permettent de jouer aux échecs par exemple. De la même manière que certains jouaient par correspondance postale, puis par mail avant l’apparition de ces plateformes. Les systèmes permettent même un classement afin de trouver des adversaires de son niveau.

Les éditeurs de jeux de société eux-mêmes s’y sont mis et portent maintenant de plus en plus leurs jeux vers des supports numériques, afin de prolonger l’expérience ludique. Selon les jeux, cela varie du jouer ensemble, par exemple avec des amis à Carcassonne, Splendor, Hive ou Les Aventuriers du Rail sur tablette[8] dans un train pendant un voyage ou en ligne contre des gens que je connais ou pas.

Pour aller plus loin, il faut se plonger sur des sites moins connus et plus anglophones. Ainsi, le site http://www.vassalengine.org/ propose un programme pour adapter tous les jeux de sociétés existant et de pouvoir les jouer en ligne (ou par mail). Oui : tous. On ne sait pas si c’est possible, mais on ne sait pas non plus où ils s’arrêteront. Vassal est un programme téléchargeable gratuitement qui permet de lancer des modules. Les modules, téléchargeables sur le site aussi, contiennent eux le plateau de jeu et les cartes, les dés, etc. Le module connaît les règles et applique les décisions des joueurs sur le plateau virtuel. Que ce soit en direct mais chacun derrière son écran ou par mail, il est donc possible de jouer à certains de vos jeux préférés contre de parfaits inconnus.

Tous ces modules sont créés par la communauté de développeurs passionnés, ce qui explique leur gratuité mais également leurs imperfections parfois. Et si, du point de vue juridique, le système est douteux (les auteurs ne sont pas du tout rémunérés), reste qu’il faut bien souvent connaître le jeu et en être passionné pour en arriver à aller jouer là.

 

Un rapprochement des deux mondes ?

Le jeu vidéo présente donc cet avantage indéniable de pouvoir être solitaire et il est permis de penser que cela soit une des nombreuses raisons qui puisse expliquer son succès.  Depuis peu cependant cette industrie se développe de plus en plus dans un sens social, dans un caractère de jouabilité qui ne prend son sens qu’ensemble.

Tout cela révèle certainement le fait qu’internet connecte de plus en plus les gens pour jouer ensemble, signe que jouer ensemble importe. Et qu’il n’a pas encore été possible de créer des ordinateurs qui imitent parfaitement le comportement humain dans un jeu, avec son lot de coups de gueule, d’humour et d’absurde dont seuls les humains sont capables.

Pour autant, si l’on a l’assurance que l’on joue contre des humains et non pas contre des robots, on ne connaît pas forcément les personnes avec ou contre lesquelles on joue via le net. Il est bien sûr possible de les connaître et de jouer avec eux à distance mais pas forcément.

Jouer ensemble doit-il dès lors se prendre dans un sens littéral, physique : jouer ensemble dans la même pièce ? Mais si je joue sur écran avec un ami via Skype par exemple ? Ne joue-t-on pas ensemble ? Le jouer ensemble peut donc se décliner selon d’infinies variétés, ce qui importe le plus est ce que les joueurs en retireront comme plaisir/apprentissage, même sans le savoir.

On aurait tort d’opposer jeux vidéo et jeux de société : au contraire, les deux ont à gagner d’échanges avec l’autre. Et cela peut donner lieu à des véritables OVNI, comme Space Team ou Loony Quest. Sans pour autant que chacun renonce à ses spécificités.

Seul l’avenir nous montrera ce que ces deux mondes nous réservent mais une certaine  tendance serait donc d’essayer de synthétiser le meilleur des deux : la faculté de jouer alors que je suis seul avec la faculté de jouer contre d’autres personnes humaines. Ce que révèlent l’industrie du jeu vidéo dans sa volonté de développer des jeux multijoueurs via le biais d’internet, et l’industrie des jeux de société à se porter et à adapter ses jeux sur écrans.

 

 

[1]Il existe des jeux de sociétés qui peuvent se jouer seul, mais ce ne sera pas le propos de cet article.

[2]https://fr.wikipedia.org/wiki/Fiction_interactive

[3]Quoi que ce mode de jeu tende à se raréfier : http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/08/19/ou-sont-passes-les-jeux-video-multijoueurs-a-ecran-separe_4730211_4408996.html

[4]Massively multiplayer online role-playing game : jeux de rôle massivement multijoueurs en ligne

[5]Multiplayer online battle arena : Arène de combat multijoueur en ligne

[6]http://www.sleepingbeastgames.com/spaceteam/

[7]On pourrait aussi citer Eggnogg : http://madgarden.itch.io/eggnogg

[8]Voir l’article : Jeux sur table, jeux sur tablette : des expériences de jeu identiques

Image : http://www.techaddiction.ca/files/video-game-violence_2.jpg

Related Posts

écrire un commentaire

Image CAPTCHA
*